Mode d’emploi : contrer l’extension de la porcherie La Roche Piriou à Priziac, c’est maintenant !

Attention, l’enquête est désormais close depuis le 16 décembre.

Très simple à faire en 5 mn !

On vous dit comment s’opposer à son extension, ses émissions d’ammoniac en augmentation et son plan d’épandage qui porte atteinte à la qualité de l’eau !
Pourquoi maintenant ?
L’exploitant de la porcherie a déposé un dossier à la préfecture qui organise une enquête publique en ligne. Les dépositions sont à faire avant le 16 décembre, 17h dernier délai.
Comment faire ?
Très simple à faire en 5 mn : rendez-vous sur le site dédié pour faire vos dépositions.
Inspirez-vous des dépositions lisibles en ligne ou du modèle ci-dessous. Vous pouvez déposer votre avis sans que votre nom soit rendu public.
A vous de jouer !

Arguments à reprendre pour vos dépositions

Inspirez-vous librement de ce texte ou d’autres déjà déposés :

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Je vous transmets mon avis dans le cadre de l’enquête publique en cours à Priziac.

Mes observations sont les suivantes :

L’extension de la porcherie la Roche Piriou à Priziac se trouve construite sur une butte entourée de vallons parcourus par des cours d’eau se jetant dans l’Ellé. Le plan d’épandage proposé ne respecte pas les distances aux différents cours d’eau et ne tient nullement compte des pentes qui pourtant entrent dans les paramètres limitant les zones d’épandages des lisiers (dispositions du programme d’action nitrates régional spécifique à la Bretagne PAR6). Les répercutions sur la qualité de l’eau sont évidentes dans ses conditions. Ce plan d’épandage n’est pas acceptable car il met en danger la ressource en eau déjà soumise à quantité de dégradations de sa qualité.

Il est regrettable que l’étude d’impact n’étudie pas les espèces et les milieux en proximité, ne donne aucun élément sur les effets des émissions d’ammoniac sur la biodiversité, ne prend pas en compte les effets cumulés pour les différents impacts ni les effets indirects liés aux importations de soja par exemple. L’étude d’impact présente des lacunes telles que cela empêche de dresser le bilan réel des impacts de ce projet.

De plus, le site natura 2000 concernant l’Ellé et ses affluents est directement impacté par cette ferme-usine par la pollution de l’eau en amont et par les retombées ammoniaquées en augmentation (24 467kg/an). Il serait logique de tenir compte du jugement intervenu le 9 décembre 2021 à propos d’un projet de poulailler industriel à LANGOELAN dont voici un extrait :

“Par ailleurs, ni l’étude d’impact, ni le mémoire en réponse du pétitionnaire ne mentionnent les effets éventuels des retombées d’ammoniac sur les riverains, alors qu’il résulte de l’instruction que des habitations sont situées à moins de 400 mètres des poulaillers et de l’aire de compostage, que le bourg de Langoëlan est éloigné de 1,2 kilomètres du site, lequel est, ainsi qu’il a été dit au point précédent, situé à proximité d’une zone Natura 2 000, en ZNIEFF de type 2 et au sein d’un réservoir de biodiversité.”

extrait du jugement du 9 décembre 2021 annulant l’arrêté préfectoral d’autorisation

Enfin, ce projet est un non-sens vis-à-vis de l’évolution de notre société soumise au changement climatique et à l’effondrement de la biodiversité. Sa dépendance aux énergies fossiles, aux importations d’aliments, aux fluctuations des marchés internationaux fragilisent sa base économique à moyen terme et présagent de recours aux finances publiques pour essuyer les pertes financières prévisibles. Ce projet fragilise également les productions en agriculture paysanne travaillant sur des circuits courts et avec une recherche de qualité au coeur d’un environnement sain et préservant les ressources.

C’est pourquoi j’émets un avis très défavorable et je ferai tout mon possible pour m’opposer au projet d’extension de cette porcherie.

Pourquoi il est possible de bloquer ce projet ?

Comme pour le projet de poulailler géant à LANGOELAN, la mobilisation de la population et les multiples avis émis influent sur la décision finale. A Langoëlan, c’est le juge qui a cassé l’arrêté préfectoral et a permis de créer une jurisprudence qui peut justement être utilisé pour contrer l’extension de cette porcherie à Priziac.

De plus, on garde en mémoire la mobilisation importante de la population à TREFFRIN contre la création d’une porcherie qui a conduit à l’abandon du projet face aux nombreuses dépositions écrites lors de la consultation publique.

Enfin, un avis défavorable vient d’être déposé par la Commission Locale de l’Eau ELLE-ISOLE-LAITA. Cet avis très argumenté et émanant d’élu.e.s ne peut être négligé par le préfet lors de sa décision.

C’est pourquoi il est possible aujourd’hui de bloquer ce projet d’un autre temps !

N’hésitez pas à faire circuler cet article pour faire monter la pression !

Merci